De Croo: “Le pouvoir d’achat mieux protégé en Belgique que dans le reste de la zone euro"

Le Premier ministre Alexander De Croo (photo) regrette les actions menées à l’occasion de cette journée nationale de manifestation pour le pouvoir d’achat. Il souligne que le gouvernement fédéral a déjà pris des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat des citoyens, "mais je comprends qu’il y ait des gens qui vivent une situation particulièrement difficile"'. Il appelle les partenaires sociaux à s’asseoir autour d’une table et chercher des solutions, alors que les syndicats espèrent rassembler plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues de Bruxelles pour défendre le pouvoir d'achat.

Confronté à de multiples crises, le gouvernement n'est pas resté les bras croisés, a rappelé au micro de Radio 1 (VRT) le Premier ministre, qui estime que les mesures prises, en plus de l'indexation des salaires, permettent d'amortir le choc. "Nous avons demandé à des experts d'examiner la qualité des mesures dont nous disposons. Ils sont arrivés à la conclusion qu'on est mieux protégé en termes de pouvoir d'achat en Belgique que dans n'importe quel autre pays de la zone euro", a affirmé Alexander De Croo.

"Lorsqu'on est confronté à quelque chose d'absolument inédit, je m'attends aussi à ce que les partenaires sociaux, au lieu de s'invectiver et de se pointer du doigt, s'asseyent autour de la table et tentent de trouver des solutions pour que l'on puisse avancer", a encore déclaré le Premier ministre en estimant enfin qu'il existe "d'autres moyens" d'exprimer son inquiétude qu'en paralysant Bruxelles.

Alexander De Croo critique l’appel syndical à manifester, qui paralyse notamment les transports. "Cela rend la vie difficile à beaucoup de gens qui n’ont pas fait ce choix. On ne peut pas dire que le débat a besoin d’être dynamisé. Tout le monde se rend très bien compte que nous sommes dans une situation très difficile". Le Premier ministre faisait allusion aux conséquences de la crise sanitaire du coronavirus, de la guerre en Ukraine et de la crise d’énergie.

Un autre accent chez Ecolo

Partenaires au sein du gouvernement fédéral, les Verts d’Ecolo tiennent cependant un discours différent, où l'on plaide pour que des négociations salariales puissent avoir lieu, au-delà de la marge définie, au sein de certains secteurs. "Le meilleur bouclier social, c'est la revalorisation salariale. Il faut permettre une négociation au niveau des secteurs, ceux qui ont fait des bénéfices pendant la crise comme le pharmaceutique, les banques, le secteur de l'énergie", a ainsi plaidé le co-président des écologistes, Jean-Marc Nollet, ce lundi matin sur Bel RTL.

"Il y a un besoin de pouvoir vivre dignement. Nous voulons y être attentifs et apporter des réponses. Nous voulons des marges de manœuvre pour investir dans le climat et dans le social", a ajouté Nollet.

Les plus consultés