petradesutter.be

Petra De Sutter espère une baisse des prix avec l'arrivée de nouveaux opérateurs télécoms

L'arrivée de nouveaux opérateurs télécoms sur le marché belge entrouvre la porte à une baisse des prix des télécommunications et à de nouvelles applications industrielles. C'est ce qu'espère la ministre des Télécommunications Petra De Sutter (Groen) après l'annonce mardi du résultat des enchères pour les licences 5G et pour du spectre 2G/3G, qui ont rapporté 1,2 milliard d'euros.

Cinq opérateurs, le flamand Citymesh Mobile, le liégeois Network Research Belgium (NRB), ainsi que les trois nationaux Orange Belgium, Proximus et Telenet, ont chacun pu acquérir une partie du spectre pour les 20 prochaines années. La société roumaine de télécommunications DIGI deviendra le 4e opérateur mobile sur le marché des consommateurs, aux côtés des trois derniers cités. NRB se concentrera, lui, davantage sur le B2B, avec des applications industrielles, comme dans le domaine des soins de santé ou pour les grands sites industriels.

"Plus de concurrence peut être l'élément-clé pour la baisse des prix des télécommunications. Actuellement, les prix pratiqués en Belgique pour l'Internet, le téléphone et la télévision sont parmi les plus élevés d'Europe", déplore la ministre De Sutter. Elle espère donc que l'entrée de Citymesh et de NRB sur le marché pourra contribuer à une baisse des prix et au développement d'applications industrielles innovantes.

"Je pense qu'il y aura une pression sur les prix. J'ai entendu qu'il y avait une intention en ce sens du côté de DIGI", a confié Petra De Sutter en marge d'une conférence de presse d'Orange mardi matin. Si les prix sur le marché du mobile ne sont pas trop élevés à ses yeux, il y a par contre "encore de la marge" sur le fixe, observe-t-elle.
 

Tout le monde attend la 5G, surtout du côté des entreprises

La ministre dit comprendre l'argument que pourraient avancer certains opérateurs sur la réduction des investissements en termes de connectivité à la suite de cette décision. Elle ne pense toutefois pas que cela jouera un grand rôle. "C'est dans leur intérêt de faire des investissements. Tout le monde attend la 5G, surtout du côté des entreprises."

Le réseau 4G est en outre parfois saturé à certains endroits dans les grandes villes du pays et l'arrivée de la 5G résoudra ce problème, estime-t-elle.

La mise aux enchères génèrera par ailleurs des recettes pour l'autorité fédérale, qui avait inscrit un apport de 800 millions d'euros dans le budget. Il y a donc 50% (400 millions) de plus qu'attendu. "Nous pouvons utiliser les recettes supplémentaires pour rattraper le retard numérique. La Belgique est encore à la traîne en Europe en ce qui concerne la 5G. Nous utilisons une partie des recettes pour rattraper notre retard sur les

Trois ans d’immobilisme dans ce dossier

En raison de désaccords sur la répartition des recettes entre le fédéral et les Communautés, le processus a subi trois ans d'immobilisme, rappelle Petra De Sutter, pour qui l'arrivée du quatrième opérateur constitue une "percée" dans ce dossier. Elle se dit satisfaite des avancées dans un dossier "compliqué".

D'après la ministre, le déploiement de la 5G pour le grand public commencera probablement dans quelques mois, après l'été, une fois que l'ensemble de processus de mise aux enchères aura été clôturé.
 

Les plus consultés