La variole du singe continue de se propager en Europe, "de plus en plus de patients en Belgique aussi"

Toujours plus de personnes sont infectées par le virus de la variole du singe en Belgique. "Nous avons chaque jour de plus en plus de patients", a indiqué Patrick Soentjens de l'Institut de médecine tropicale dans l’émission "De Morgen" sur Radio 1 (VRT). "Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais nous devons prendre des mesures pour gérer l'afflux de patients dans les différents centres", estime-t-il.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé vendredi à une action d’urgence contre le virus de la variole du singe en Europe. Le nombre de cas a en effet triplé au cours des deux dernières semaines. Le directeur régional Hans Kluge a ainsi demandé aux pays européens de redoubler d'efforts dans les semaines et les mois à venir pour éviter que la variole du singe ne se propage sur une plus grande zone géographique.

L'Europe compte désormais 4.500 cas confirmés, ce qui représente 90 % des cas enregistrés dans le monde depuis la mi-mai. Au total, 99 % des infections concernent les hommes, pour la plupart âgés de 21 à 40 ans. 

Appliquer les mesures de base

En Belgique, 117 cas du virus de la variole du singe ont été signalés selon les chiffres les plus récents.  "Nous n'avons pas encore détecté d'infections chez les femmes et les enfants", précise Patrick Soentjens. "Les personnes les plus à risque sont celles qui ont plusieurs partenaires sexuels".

Selon le spécialiste en maladies infectieuses, il est très important de se concentrer sur les mesures de base. "Les personnes infectées doivent être maintenues en isolement pendant 21 jours ou plus. Nous devons en outre retrouver le plus rapidement possible les contacts rapprochés de ces patients et possiblement les isoler à leur tour, ou du moins s'assurer qu'ils restent attentifs en cas de symptômes."

"Il faut également être attentifs aux lésions atypiques", poursuit l’expert. "Les gens arrivent parfois avec quelque chose qui ressemble à une piqûre de moustique. Nous devons alors être en mesure de distinguer avec précision s'il s'agit d'une piqûre ou de la variole du singe."

Se faire vacciner même après avoir été infecté

Depuis quelques semaines, la Belgique s’est également munie de nouveaux vaccins. Ceux-ci sont principalement utilisés pour le personnel des soins de santé soumis à des contacts à haut risque. "Les membres du personnel qui, sans être munis d’un équipement de protection, sont entrés en contact avec une personne atteinte du virus de la variole du singe se voient administrer un vaccin", précise Patrick Soentjens.

Selon ce dernier, d’autres vaccins sont attendus dans les prochaines semaines. "Il s'agira de les utiliser sur les contacts rapprochés des personnes infectées. Si nous pouvons par exemple identifier les partenaires sexuels de ces personnes, ils pourront se rendre dans un centre pour obtenir un vaccin."

On notera qu’un vaccin contre le virus de la variole du singe peut encore être administré si une personne est déjà infectée. S'il est administré dans les quatre jours, il protège contre l'apparition de la maladie elle-même.

Les personnes infectées par le virus ne tombent généralement pas très malades, mais il y a toujours des exceptions. "Nous avons déjà dû transférer à l'hôpital des personnes ayant développé des complications", souligne le spécialiste de l'Institut de médecine tropicale. 

Les plus consultés