Arterra / Sven-Erik Arndt

Plus de 20.000 pigeons, dont une moitié belges, disparus après une course internationale en France

Environ 20.000 pigeons ont disparu dans la nature après avoir été lâchés dans le cadre d'une course internationale dans la ville française de Narbonne. "Ces pigeons n'auraient jamais dû être lâchés", a déclaré la Fédération colombophile belge. En raison de l'orage et des mauvaises conditions météorologiques, un grand nombre de pigeons n'a pas trouvé le chemin du retour. La Fédération colombophile belge s'est réunie en urgence ce lundi après-midi. Les éleveurs sont catastrophés : "Deux à trois ans de travail perdus".

"C'est une catastrophe", a déclaré Jef Cuypers de la Fédération colombophile belge, pointant du doigt l'organisation de la course. "La faute incombe à l'Indépendante de Liège, qui organise la course. Nous ne comprenons toujours pas pourquoi ils ont lâché les pigeons. Cette catastrophe aura des conséquences. L'organisation ne pourra sans doute pas organiser de vols l'année prochaine."

Au total, 26.000 pigeons ont participé à cette course, dont environ 11.000 pigeons belges. Seuls 6.000 oiseaux sont rentrés au bercail, les 20.000 autres semblent s’être perdus. "Nombre de colombophiles belges attendent à la maison, inquiets sur le sort de leurs oiseaux", expliquait Pascal Bodengien, président de la Fédération colombophile belge. Il suppose que les pigeons sont en train d’errer quelque part au-dessus de l’Allemagne. "Certains d’entre eux rentreront encore, ces prochains jours, mais la plupart seront définitivement perdus".

"C’est un drame émotionnel, un drame financier, c’est tout simplement très triste. Je le constate aussi aux premières réactions des colombophiles qui m’ont contactés", précisait Pascal Bodengien.

La Fédération colombophile belge s'est réunie ce lundi après-midi pour examiner comment éviter ce genre de problèmes à l'avenir. "Nous voulons utiliser des webcams et des points de contact, afin d'être en contact avec des colombophiles expérimentés qui peuvent nous donner des informations sur la météo dans chaque province. Nous aimerions également travailler avec un météorologue."

Chargement lecteur vidéo ...

"Deux à trois ans de travail"

"Je n’ai pas encore vécu souvent pareille situation", expliquait à Radio 2 Rudy Oliviers de Kumtich. Il se trouvait au départ de la compétition à Narbonne avec 62 pigeons. Seuls 21 sont rentrés, le sort des 41 autres est incertain. La seule chose qu’il sait, c’est que les pigeons ont rencontré un gros orage après 30 km de course. Avec les conséquences que l’on sait.

"Il faut deux à trois ans pour arriver à faire partir ses pigeons de Narbonne. C’est vraiment du travail perdu”. Il voudrait que la technologie soit davantage utilisée pour prévenir pareille situation. Les colombophiles ne doivent pas espérer de compensation pour leurs pertes. "C’est d’ailleurs difficile de mettre vraiment un prix sur un pigeon".

Ulrich Lemmens, originaire de Balen et qui avait engagé 57 pigeons dans la compétition, dont seuls 15 sont rentrés, n’est pas vraiment surpris. "Notre fédération nationale fait du bon travail, mais pour les compétitions ce sont des fédérations étrangères qui sont responsables. Celle-ci avait la réputation d’être un peu hors de son temps et ne pouvait plus organiser qu’une seule course", expliquait Lemmens.

"C’est vraiment douloureux comme perte. Dans ma carrière de 13 ans de colombophile, c’est la première fois que cela m’arrive. Trois ans de travail qui s’envolent en fumée. Mon but était Barcelone en 2024. Mais je peux l’oublier".

Foto: Berry Stokvis/HH

Tous les pigeons qui prennent part à des compétitions internationales sont bagués. Quiconque trouve un pigeon peut retrouver son propriétaire grâce au numéro sur la bague. Via le site kbdb.be, on peut ainsi entrer en contact avec le propriétaire ou avec la fédération.

Les plus consultés