Harold Versteeg

Chaque jour, 34 cyclistes en moyenne reçoivent une contravention

L’an dernier en Belgique une moyenne de 34 cyclistes ont été verbalisés chaque jour, si l’on en croit des chiffres de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden rapportés par les quotidiens Het Nieuwsblad, Het Belang van Limburg et la Gazet van Antwerpen ce jeudi. Au total en 2021, la police a ainsi imposé des amendes à 12.517 cyclistes. Quelles sont les amendes les plus courantes ?

Les trois infractions les plus fréquentes concernent l'absence de feux sur les vélos, le non-respect des feux de signalisation sur la route et l’utilisation du téléphone portable en conduisant. Tous les vélos sont en effet obligés d’allumer leurs phares quand il fait noir ou quand la visibilité est réduite à 200 mètres. Les cyclistes doivent respecter les feux de signalisation comme tout autre usager de la route. Et ils ne sont pas autorisés non plus à téléphoner en roulant. C’est tout aussi dangereux pour eux que pour un autre conducteur.

La police a également infligé des amendes à 360 cyclistes pour conduite en état d'ivresse (ils doivent respecter les mêmes limites que les autres conducteurs), tandis que 150 cyclistes ont reçu une amende pour "avoir roulé sans tenir le guidon ou avec un animal attaché à une laisse", d’après la ministre Verlinden dans sa réponse au député Michel De Maegd (MR).

Ce dernier s'était plaint à la ministre qu'il existe "un sentiment d'impunité en ce qui concerne les infractions commises par les cyclistes". Le coordinateur du centre Fietsberaad Vlaanderen (conseil vélo pour la Flandre), Wout Baert, souligne cependant que "les cyclistes et les automobilistes sont effectivement punis de la même manière aujourd'hui. Les deux sont des 'conducteurs' selon la loi et sont traités de la même manière".

Selon Wout Baert, il est cependant logique que la police accorde plus d'attention au contrôle des véhicules motorisés, qui présentent de plus grands risques et constituent la plus grande part des accidents et des victimes.

Bart Dewaele

Qu’est-ce qui est interdit à vélo ?

Les cyclistes peuvent écouter de la musique en roulant, via des oreillettes ou un casque audio, mais le volume doit être adapté afin qu’ils puissent encore entendre le trafic autour d’eux. La Fondation flamande d’expertise de la circulation suggère de garder une oreille libre et de réduire le volume dans l’autre oreille. La police, de son côté, déconseille d’écouter de la musique en roulant à vélo. "Vous avez dix fois plus de risque d’avoir un accident si vous n’entendez pas la circulation autour de vous. Dans certains pays, l’utilisation d’un casque ou d’oreillettes à vélo est interdite. En Belgique c’est encore permis".

Il n’est pas obligatoire de porter un casque, mais la police le conseille vivement sur son site internet. Surtout pour les enfants. Si vous roulez avec un speed pedelec, un vélo électrique rapide, le port du casque est bien obligatoire.

Il est obligatoire de rouler sur la piste cyclable s’il y en a une dans la direction où vous allez. Il est interdit d’y rouler côte-à-côte avec un autre cycliste si la piste n’est pas assez large ou si l’on tire une sorte de remorque. Transporter quelqu’un sur son vélo n’est autorisé que sur une place spécialement prévue, munie de repose-pieds. Le passager ne peut s’asseoir sur le porte-bagage ni en amazone. L’an dernier, 93 personnes ont reçu une amende à ce sujet.

Les cyclistes doivent toujours tenir le guidon d’une main au moins et avoir les pieds sur les pédales. Il est interdit de promener un animal tout en roulant à vélo. Les cyclistes doivent signaler leurs changements de direction en tendant le bras du côté où ils veulent tourner. Sauf s’ils risquent alors de perdre l’équilibre et tomber, comme par exemple sur des pavés, de la glace, les rails de tram ou une montée, indique notamment le code de la route.

Les plus consultés