La production de chocolat a repris à l’usine Barry Callebaut de Wieze

Six semaines après qu’une contamination ait été détectée et que l’activité de l’usine Barry Callebaut en Flandre orientale ait dû être suspendue le 27 juin en raison de la découverte de salmonelle sur le site, la production a repris ce lundi à Wieze, près de Lebbeke. Le démarrage de la plus grande usine de chocolat au monde se fera progressivement. Il faudra quelques semaines avant que la pleine capacité de l'usine soit atteinte, indique l'entreprise belgo-suisse.

"Nous pourrons commencer à livrer des produits à nos clients cette semaine. Pour l'instant, cela ne concerne qu'un nombre limité de lignes de production et donc un volume assez faible. Néanmoins, ces livraisons sont une étape importante, car il s'agit de la première réalisation dans notre approche échelonnée. Dans les semaines à venir, nous serons en mesure de libérer plus de lignes de production afin de revenir à un niveau de production normal", explique un porte-parole du fabricant.

"Nous restons prudents car il y a encore beaucoup d'incertitudes. Nous ne savons ainsi pas comment l'équipement va réagir lorsque tout sera relancé", ajoute l’entreprise. Plusieurs tonnes de chocolat ont dû être détruites en raison de la salmonelle, cette bactérie qui provoque fièvre et diarrhées, voire une infection plus grave. Une enquête interne et des tests en laboratoire ont montré qu'un lot de lécithine (une matière première) était à l'origine de la contamination. L'entreprise productrice de ce lot contaminé est hongroise et c'est une entreprise tierce qui avait emmené le lot à l'usine de Wieze, avait indiqué l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

L'usine de Wieze, où travaillent 600 personnes et présentée comme la plus grande fabrique de chocolat au monde, fournit du chocolat comme matière première à des artisans qui le retravaillent. "Elle est donc au cœur de la production belge de chocolat", indiquait le porte-parole Korneel Warlop. Les produits ne sont pas directement accessibles au grand public.

Après une opération de nettoyage "sans précédent", l'activité peut donc reprendre mais l'incident aura un impact sur la disponibilité de certains produits, avertit encore l'entreprise. "Il n'est pas impossible qu'il y ait des insuffisances dans l'offre sur le marché, certains produits chocolatés ne pouvant être fournis par Barry Callebaut. Il s'agit principalement de produits saisonniers, par exemple pour la Saint-Nicolas. Ceux-ci sont classiquement fabriqués entre août et septembre."

Le chocolatier néerlandais Tony’s Chocolonely avait déjà annoncé ce week-end ne pas pouvoir produire cette année des lettres en chocolat pour la Saint-Nicolas en raison de la suspension provisoire de la production chez Barry Callebaut.

Le chocolat contaminé produira de l’énergie

Le chocolat produit qui ne peut plus être mangé a été envoyé dans des installations de biogaz. Ce chocolat contient en effet beaucoup d’huile qui peut servir à produire de l’énergie renouvelable. Trois tonnes de chocolat peuvent ainsi fournir du gaz et de l’électricité à une famille pendant toute une année.

Barry Callebaut aurait dû se débarrasser d’au moins 1.000 tonnes de chocolat, ce qui représente de l’énergie pour plus de 300 familles pendant un an. Selon le porte-parole, aucun chocolat de Barry Callebaut contaminé à la salmonelle n’a été livré aux clients.

Les plus consultés