Les refuges inquiets de la canicule: "Un nombre record d’animaux affaiblis nous sont amenés"

Les refuges pour oiseaux et animaux qui vivent en liberté tirent la sonnette d’alarme face à la persistance des températures élevées et de la sécheresse. La semaine dernière un nombre record d’animaux leur ont été amenés pour être soignés. Ils sont affaiblis par le manque de nourriture et d’eau. Alors qu’une nouvelle canicule s’annonce pour cette semaine, les refuges appellent la population à prendre des mesures simples de prévention, pour aider les petits animaux qui vivent en liberté.

"Jamais nous n’avions été obligés d’accueillir autant d’animaux sauvages. Rien que cette semaine, on nous a amené environ 300 animaux affaiblis ou blessés au refuge. C’est un triste record", indiquait à Radio 2 Ivan Lahousse du Centre d’accueil pour oiseaux et animaux vivant en liberté (VOC) à Beernem (Flandre occidentale). "A l’heure actuelle, notre capacité limite d’accueil a été atteinte".

Pendant une semaine chargée du courant de l’année, le refuge de Beernem accueille environ 100 à 150 animaux qui lui sont amenés. La semaine dernière c’est donc le double d’animaux qui lui ont été confiés. "Il s’agit avant tout de hérissons, d’écureuils, de jeunes pigeons et d’autres petits oiseaux, qui sont très éprouvés par les grosses chaleurs", précisait Ivan Lahousse.

Les animaux trouvent en effet peu d’eau et sont déshydratés. "Après quelques jours de soins, nous pouvons à nouveau les relâcher dans la nature. Tous les animaux reçoivent les meilleurs soins possibles de nos collaborateurs et des bénévoles, mais nous manquons vraiment d’effectifs. Si nous voulons continuer à soigner de façon optimale les nombreux animaux qui nous sont apportés, nous avons besoin de beaucoup d’aide. Pas besoin d’avoir de l’expérience en la matière, les bénévoles peuvent prendre directement contact avec nous", indiquait encore Lahousse.

Que pouvons-nous faire ?

“Pour les mammifères - et je pense alors surtout aux hérissons qui souffrent beaucoup de la chaleur -, vous pouvez mettre à l’extérieur des croquettes pour chiens ou chats qui trempent dans de l’eau. A la nuit tombante, les hérissons sortent et trouveront ainsi l’eau dont ils ont absolument besoin. Et ainsi, ces petits animaux ne devront pas être soignés dans notre centre".

Si vous trouvez des petits oiseaux dans la nature, vérifiez d’abord qu’il n’y ait pas de parent dans les parages, conseille le VOC Beernem. Les oisillons qui tombent du nid peuvent alors encore survivre. "On peut remettre les oisillons dans le nid, afin que leurs parents les nourrissent à nouveau et qu’ils puissent ensuite apprendre à voler, fortifiés". Il est aussi important de regarder si l’animal trouvé est blessé. Si c‘est le cas, "il faut évidemment nous l’amener", indique encore Ivan Lahousse.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés