Une bande active dans le trafic de drogue et le blanchiment démantelée à Anvers

Trois suspects ont été incarcérés et quelque 900.000 euros en liquide ont été saisis lors du démantèlement cette semaine par la police d'un réseau de trafic de cocaïne, dirigé selon elle depuis les Emirats Arabes Unis (EAU). Le parquet d'Anvers et la police indiquent avoir effectué 21 perquisitions, avant tout à Anvers.

Sur la base du décryptage de messages envoyés sur le réseau de communications Sky ECC, qui avait déjà permis de lancer l'an dernier en Belgique une vaste opération anti-drogue, la police a identifié un "intermédiaire financier d'Anvers" qui "mettrait ses services à la disposition d'une organisation criminelle (...) qui serait dirigée depuis Dubaï", a expliqué le parquet ce vendredi soir. Selon les enquêteurs, cette organisation aurait généré "environ 15 millions d'euros de profits" en l'espace d'un an et demi.

La police a mené mardi 21 perquisitions à Anvers et dans plusieurs localités flamandes environnantes, saisissant à cette occasion (photo) "des compteuses de billets", des traceurs GPS, des dispositifs permettant de brouiller les communications ("jammers"), ainsi que 900.000 euros en liquide, "des sacs à main, montres et voitures de luxe", a précisé le parquet. Trois des quatre suspects interpellés - des Anversois âgés d'une trentaine d'années - ont été placés sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction "pour suspicion d'importation, trafic et détention de stupéfiants (...) et blanchiment d'argent", et sont considérés par la police comme les principaux responsables du réseau.

Convention avec les Emirats Arabes Unis

L'arrestation de l'un des suspects, âgé de 39 ans, a été confirmée vendredi par la Chambre du conseil, devant laquelle deux autres personnes comparaitront mardi prochain. La Belgique a signé en décembre avec les Emirats Arabes Unis une convention d'extradition, avec l'espoir que Dubaï lui livre des trafiquants de drogue activement recherchés par la justice belge. Selon les autorités belges, les Emirats constituaient un refuge pour les barons de la drogue faute d'accord d'extradition jusqu'à présent.

Les autorités belges ont saisi l'an dernier quelque 89,5 tonnes de cocaïne dans le port d'Anvers, ce qui représente une hausse de 36% par rapport à 2020 et un nouveau record. Cette quantité, qui a doublé en cinq ans, est estimée à 12,76 milliards d'euros de valeur marchande. Selon les douanes, la Belgique est désormais le principal point d'entrée de la cocaïne en Europe, devant l'Espagne et les Pays-Bas, tandis que les trois principaux pays de provenance de la drogue sont le Panama, l'Equateur et le Paraguay.

Les interceptions d'échanges sur Sky ECC, système de téléphonie très utilisé dans le trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe, avaient conduit l'an dernier à une cascade de nouvelles investigations en Belgique avec plus de 550 arrestations dans le pays en 2021, selon le gouvernement.

Les plus consultés