Vincent Van Quickenborne réagit aux menaces qui pèsent contre lui : "Les criminels se sentent acculés et ce sentiment est justifié"

"Dans notre État de droit démocratique, nous ne céderons jamais à la violence", a répondu via Facebook le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) à la menace concrète contre sa personne qui a conduit à trois arrestations aux Pays-Bas. "Les criminels se sentent acculés. Ce sentiment est justifié. Parce que nous continuerons à lutter contre le crime organisé, avec plus d'effectifs et de ressources qu'auparavant."

Le ministre de la Justice a réagi via un post sur Facebook. "Surtout, ne vous inquiétez pas : ma famille et moi sommes en sécurité et entre de bonnes mains", a-t-il écrit. "Il s'agit d'une menace qui était dirigée contre moi en tant que ministre de la Justice et contre personne d'autre. Des mesures rapides ont été prises et les suspects ont été arrêtés. Par précaution, je suis placé sous haute surveillance pour le moment et je ne pourrai pas participer à certaines activités prévues pour les prochains jours. Ce n'est pas agréable, mais c'est compréhensible."

Vincent Van Quickenborne ajoute que sa principale préoccupation va vers son épouse et ses enfants. "Les personnes à l'origine de ce projet obtiennent le contraire de ce qu'elles veulent. Cela renforce ma conviction que nous devons continuer à nous battre. Les criminels se sentent acculés. Ce sentiment est justifié. Parce que nous continuerons à lutter contre le crime organisé, avec plus d'effectifs et de ressources qu'auparavant."

"Cette fois, j'étais la cible. Malheureusement, c'est la réalité à laquelle sont confrontés de nombreuses personnes dans la police et la justice. Toute personne engagée dans la lutte contre la criminalité organisée sait que cela comporte inévitablement des risques", ajoute-t-il. "Dans notre État de droit démocratique, nous ne céderons jamais à la violence."
 

Pour Alexander De Croo : "C’est totalement inacceptable"

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a réagi en qualifiant la menace contre le ministre de la Justice Van Quickenborne de "totalement inacceptable". De Croo était déjà en contact avec son collègue de parti et a exprimé sa sympathie avec sa famille, a-t-il dit. "Il faut que ce soit clair : nous ne nous laisserons intimider par personne, le travail continue", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également remercié tout particulièrement les services de sécurité et de renseignement belges et leurs collègues néerlandais pour leur coopération au cours des dernières heures et des derniers jours.

Ses collègues Annelies Verlinden (CD&V) et Petra De Sutter (Groen) ont également réagi à la nouvelle sur Twitter. "Les menaces à l'encontre des politiciens constituent une attaque contre les fondements de notre démocratie", a écrit Petra De Sutter.

 

Les plus consultés