Photo d'archives
James Arthur Photography

Un quatrième suspect arrêté aux Pays-Bas après la tentative d’enlèvement de Vincent Van Quickenborne

Un quatrième suspect identifié et recherché dans l'enquête sur les menaces portées contre le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD). Le ministre a été placé sous sécurité renforcée, a annoncé samedi le parquet fédéral, à la suite de la découverte de menaces sérieuses contre sa personne. Trois suspects ont été arrêtés aux Pays-Bas et un quatrième qui était identifié et recherché aurait finalement été appréhendé.

Vincent Van Quickenborne a été placé sous sécurité renforcée et il limitera fortement ses apparitions ces prochains jours, voire semaines. "Le parquet fédéral a été informé au cours de la semaine dernière d'une possible menace sur la personne du ministre de la Justice, M. Vincent Van Quickenborne. Une enquête a été immédiatement ouverte et confiée à un juge d'instruction de l'arrondissement judiciaire de Flandre occidentale", a communiqué le parquet fédéral samedi.

Le quatrième suspect qui a été arrêté est un Néerlandais de 21 ans, a confirmé dimanche après-midi le parquet néerlandais. Le quatrième suspect a été arrêté vers 15 heures ce dimanche dans une rue de la ville néerlandaise de La Haye, a indiqué le parquet sur Twitter. Ceci a été fait à la demande des autorités belges.

Dans le cadre de l'enquête, trois hommes, âgés de 20, 29 et 48 ans, ont été privés de liberté aux Pays-Bas dans la nuit de vendredi à samedi. Ces interpellations ont eu lieu à La Haye, selon le parquet néerlandais. Le parquet fédéral belge a demandé leur transfèrement.

Selon la VRT, il s'agirait d'une tentative d'enlèvement ourdie par le milieu de la drogue. Het Laatste Nieuws ajoute que "au moins" un fusil d'assaut et des bouteilles remplies d'essence ont été découvertes à l'intérieur d'un véhicule immatriculé aux Pays-Bas, repéré à proximité du domicile du ministre dans la banlieue de Courtrai.

Le ministre lui-même n'a pas exclu qu'il s'agisse de menaces provenant de trafiquants de drogue. La situation "me conforte dans ma conviction qu'il faut continuer à lutter. Les criminels se sentent acculés, et c'est légitime. Car nous continuerons de combattre le crime organisé, avec plus d'effectifs et de moyens qu'auparavant", a-t-il déclaré samedi.
 

Les plus consultés