Caspar Huurdeman

Prix de l’énergie : la moitié des clubs de sport s’endettent ou puisent dans leurs réserves

Près de la moitié des clubs de sport voient leurs comptes descendre dans le rouge ou doivent puiser dans leurs réserves financières pour faire face aux factures élevées d’énergie. C’est ce que révèle une enquête menée par la Fédération sportive flamande. L’organisation coordinatrice réclame donc d’urgence des autorités un soutien financier pour les clubs de sport. Elle voudrait également que les clubs puissent faire effectuer gratuitement un scanner de leurs installations, qui leur indiquera quelles mesures d’économie d’énergie ils doivent adopter.

Pour évaluer à quel point la crise énergétique pèse sur les clubs de sport, la Fédération sportive flamande a interrogé plus de 750 clubs amateurs de diverses disciplines. Le résultat est "alarmant", constate Pieter Hoof, directeur général de l’organisation parapluie des fédérations et clubs de sport. Ainsi, 17% des clubs interrogés enregistrent des pertes structurelles et 30% sont en train d’utiliser leurs dernières réserves financières. En d’autres termes, près de la moitié des clubs sportifs ont des problèmes financiers. Seuls 18% des clubs questionnés affirment s’en sortir encore bien financièrement.

"Les chiffres démontrent que nos clubs sportifs amateurs sont actuellement mis à rude épreuve. Nous craignons en outre que beaucoup de clubs ne doivent faire face prochainement à de mauvaises surprises. Actuellement, nombre d’associations sportives ne peuvent que spéculer sur la façon dont les communes vont modifier les prix de location des infrastructures en raison de la montée des prix d’énergie", précise Pieter Hoof.

Dolph Cantrijn

Augmenter les cotisations des membres ?

De nombreux clubs sportifs reçoivent aussi d’énormes factures d’acompte. Dans les clubs où ces acomptes ont déjà été adaptés à la montée des prix, la facture est en moyenne deux fois et demie plus élevée qu’auparavant. C’est avant tout le prix du gaz, avec lequel beaucoup de clubs se chauffent, qui fait grimper les factures.

Quelque 44% des clubs prennent donc déjà des mesures pour compenser leurs factures. Ils diminuent le chauffage ou l’éteignent complètement (c’est le cas pour 70% des clubs interrogés) ou obligent leurs membres à passer moins de temps sous la douche (10%). Quelque 7% des clubs ne voient pas d’autre solution que d’augmenter le montant de la cotisation de leurs membres. Et 35% des clubs cherchent d’autres sources de revenus, comme du parrainage ou des repas festifs payants.

"Si les clubs doivent compenser la hausse des factures pour garder la tête au-dessus de l’eau, il ne leur reste malheureusement parfois pas d’autre solution que d’augmenter les cotisations. Mais nous voulons évidemment éviter que des gens doivent quitter un club sportif parce qu’ils ne peuvent plus en payer la cotisation", souligne Pieter Hoof.

Identifier les grosses sources de consommation d’énergie

La Fédération sportive flamande réclame donc d’urgence des autorités des aides pour les clubs amateurs. "Tant les autorités fédérales, régionales que locales doivent mettre leur argent dans le sac pour aider les clubs sportifs à survivre à la crise. Nous avons appris que le ministre flamand des Sports, Ben Weyts, va libérer des fonds pour aider les clubs sportifs".

Ce jeudi, le ministre-président flamand Jan Jambon a indiqué, dans sa Déclaration de septembre de politique générale, que son gouvernement prévoit 200 millions d’euros pour aider les écoles, institutions de soins et autres institutions publiques à payer leurs factures. Les secteurs de la jeunesse, de la culture et du sport pourraient également bénéficier de ces fonds. La répartition précise n’en est pas encore connue.

En plus d’une aide financière, la Fédération propose que les clubs sportifs aient accès gratuitement à un scanner de leur consommation d’énergie. La moitié des clubs ne connaissent en effet pas leur consommation annuelle. "Ce scanner leur permettra d’établir, avec la ville ou la commune, quels sont les plus gros consommateurs d’énergie dans chaque club et comment y remédier".

"Les communes qui sont propriétaires de leur infrastructure sportive peuvent investir dans ce scanner pour rendre cette infrastructure moins énergivore. De nombreux clubs n’ont, par exemple, pas encore de panneaux solaires ou de pompe à chaleur, et n’ont pas les moyens de faire ces investissements", concluait Pieter Hoof.

Les plus consultés