Chargement lecteur vidéo ...

Elle quitte un poste de cadre supérieur au port d’Anvers pour un job d’enseignante

La VRT a décidé de suivre pendant un an Sandra De Canck qui a quitté son job au port d'Anvers pour l’enseignement le 1er septembre. Comment s'est passée sa transition ? Qu'est-ce que cela fait d'enseigner le commerce international et le droit aux adolescents en tant qu'ancienne directrice des pilotes du port ? Comment les étudiants et ses collègues ont-ils réagi ?

Sandra De Canck a 47 ans et a travaillé au service des pilotes du port d'Anvers pendant 23 ans. Dans ce poste, elle devait constamment consulter de nombreuses personnes dans le port et gérer de nombreux dossiers difficiles. Elle enseigne désormais à l'Athénée Royal GO ! d'Anvers de la Communauté flamande. Elle y enseigne neuf matières différentes, du commerce international à la logistique. Ses élèves sont en troisième, quatrième, cinquième et sixième années d'ASO, TSO et BSO.

Après un mois devant la classe, Sandra ne regrette pas une seconde sa décision, même si cela a été un peu plus difficile durant la deuxième semaine. Elle se sent liée à ses élèves et se sent bien dans sa peau, car elle fait un travail socialement utile. "Bien sûr mon salaire est moins élevé mais au moins dans ce métier je me sens utile et puis je suis en contact avec la société".

Sandra n'est pas la seule à avoir fait ce choix. L'année scolaire dernière, 4 398 travailleurs sont passées du privé à l'enseignement. Le nombre de transfert est donc deux fois plus élevé que l'année précédente, où l'on avait également constaté une augmentation.
 

Bonus et flexi-jobs

Cela pourrait avoir un rapport avec décision du ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA) de permettre aux personnes changeant de carrière pour devenir enseignant de faire valoir davantage d'ancienneté qu'auparavant.

Dans l'enseignement primaire, le nombre de transferts a augmenté de près de 45 %. Dans l'enseignement secondaire, 66 % de plus. Et les chiffres montrent qu'il y a des candidats de tous les âges : des jeunes de 20 ans aux quinquagénaires. "Ces chiffres montrent que l'on peut se reconvertir dans l'enseignement à tout âge", a déclaré le ministre flamand de l'éducation Ben Weyts.

Depuis le début de cette année scolaire, il existe également la prime aux enseignants (lerarenbonus) pour ceux qui n'ont pas encore l'aptitude requise. Ce "bonus" permet aux personnes qui travaillent dans l'enseignement flamand mais n'ont pas encore la certification nécessaire de réduire de quelques heures (2-3 heures) leur temps de travail en parallèle d'une formation adéquate, sans perte de salaire.

"Parce que vous pouvez immédiatement commencer à enseigner et donc gagner de l'argent dans l'enseignement, tout en obtenant le temps nécessaire pour terminer votre formation", explique le ministre, qui en cette "journée des enseignants" souligne une fois de plus l'importance sociale de la profession et son impact sur la vie et l'avenir des jeunes.


Regardez ci-dessous le reportage (en néerlandais) sur Sandra De Canck qui a quitté son job au port d'Anvers pour enseigner à des adolescents.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés