© Bram van de Biezen

La Chambre a validé la prolongation de vie des réacteurs Doel 1 et Doel 2

La Chambre a adopté jeudi en séance plénière un projet de loi visant à reporter la sortie progressive de l'énergie nucléaire de 2015 à 2025. Plus précisément, le texte entérine la décision de prolonger l'exploitation des réacteurs Doel 1 et Doel 2.

Cette décision avait été prise en 2014 sous la précédente législature par le gouvernement de Charles Michel. Mais la Cour constitutionnelle l'avait annulée parce que certaines exigences n'étaient pas remplies, comme l'élaboration d'une étude d'incidences sur l'environnement. Désormais, les différentes exigences sont remplies.

Le conseil des ministres avait dès lors approuvé le 10 juin dernier l'avant-projet de loi "réparatrice" prolongeant de 10 ans l’utilisation des réacteurs nucléaires Doel 1 et 2. Dans les faits, Doel 1 et 2 n'ont jamais été arrêtés (sauf à la suite de problèmes techniques ou pour des entretiens). La Cour constitutionnelle a maintenu les effets de la loi annulée jusqu'au 31 décembre 2022.

Le texte a été approuvé par la majorité, à l'exception de l'abstention de la députée MR Marie-Christine Marghem. La N-VA, Les Engagés et le Vlaams Belang se sont aussi abstenus. Le PTB a voté contre.

Doel 1 devrait rester ouvert jusqu’au 15 février 2025, Doel 2 jusqu’au 1er décembre 2025. Le gouvernement fédéral a décidé l’an dernier de maintenir Doel 4 et Tihange 3 encore plus longtemps en activité, à savoir jusqu’en 2036. Un vote à ce sujet devrait avoir lieu à la Chambre (photo) au courant de 2023.

Doel 2 sera redémarré samedi matin

Le redémarrage du réacteur nucléaire Doel 2, qui s'est arrêté de manière inattendue jeudi matin, aura lieu samedi matin et non pas ce vendredi comme évoqué précédemment, a confirmé l’exploitant Engie Electrabel.

Doel 2 s'est arrêté de manière automatique ce jeudi vers 9h45. L'arrêt s'est avéré être dû à un court-circuit dans le système de commande d'une barre de contrôle. "Il s'agit d'un problème purement opérationnel. Il n'y a aucun danger pour la sécurité", soulignait une porte-parole d'Engie Electrabel.

Cet arrêt survenait alors que Tihange 3 (1.038 MW) est également à l'arrêt depuis lundi, sans doute jusqu'au 15 octobre. Il s'agissait là aussi d'un arrêt qui n'avait pas été programmé. Il a été attribué à une baisse de pression dans l'un des générateurs. Les quatre autres réacteurs nucléaires produisent normalement.

DLE

Les plus consultés