James Arthur Photography

Bart De Wever met en garde : "Après les élections de 2024 ce sera le confédéralisme ou rien"

Le président de la N-VA, Bart De Wever n’est prêt à entrer dans un gouvernement en 2024, uniquement si ce dernier organise le confédéralisme. Il a fait cette déclaration ce samedi dans l’émission "De Ochtend" sur Radio 1 (VRT). Selon lui, le déficit budgétaire ne peut plus être résolu dans un contexte fédéral et il est temps de changer.

Selon De Wever, l'heure est aux vérités difficiles à entendre et des économies doivent être réalisées dans la sécurité sociale. Par exemple, nous allons devoir travailler plus longtemps pour obtenir une pension et les régimes favorables vont devoir être supprimés progressivement. Il souhaite également revoir l'aide d'urgence qui est encore offerte gratuitement aux nouveaux arrivants et s'insurge contre le statut d'artiste et le fait qu'il est possible d'être chômeur à vie en Belgique. "Il va falloir un châtiment majeur", déclare-t-il.

"Les gens doivent se rendre compte de la gravité de la situation et du fait que le PS organise délibérément cela", a également déclaré le bourgmestre d'Anvers. Selon ce dernier, le président du PS, Paul Magnette, lui aurait dit en 2020 que les socialistes adorent les crises car ils peuvent alors dépenser de l'argent.

De Wever vise donc le PS, mais les socialistes francophones seront l'interlocuteur logique de la N-VA en 2024. "Je ne veux parler au PS que d'une seule chose, et c'est le confédéralisme", ajoute-t-il. "L'option suédoise ne sera plus suivie en 2024, ce sera le confédéralisme ou rien. Ce que je ne ferai pas, c'est succéder à De Croo pour suivre les diktats du PS." 

Que De Wever puisse ainsi bloquer les négociations est un risque qu'il est prêt à prendre. "Nous devons faire face, et ensuite vous prenez des risques, mais c'est le seul moyen de nous sauver."

 

Les plus consultés