Le 1er juin 1940, le cimetière de Langemark (Flandre occidentale) a été visité par Adolf Hitler.

Comment le village de Langemark est devenu un mythe du régime nazi et veut à présent s’en débarasser

En Allemagne, 33 rues et places portent encore le nom du village de Langemark, une section de la commune de Langemark-Poelkapelle, en Flandre occidentale. Durant la Première Guerre mondiale, Langemark a été le théâtre d'une bataille au cours de laquelle de nombreux jeunes soldats allemands ont perdu la vie. Durant le régime nazi, il est devenu un symbole de l'héroïsme des soldats allemands. L'Allemagne veut maintenant se débarrasser de ce symbole. De son côté, la commune de Langemark-Poelkapelle et le musée In Flanders Fields d'Ypres souhaitent conserver les noms des rues, mais accompagnés d’explications.

Que ce soit la Langemarckstrasse ou Langemarckplatz, toutes font référence au petit ville de Langemark où, en novembre 1914, la première bataille d'Ypres a opposé de jeunes soldats allemands aux soldats alliés, français et britanniques. L'armée allemande a subi de lourdes pertes, mais la machine de propagande allemande en a fait une défaite héroïque. Le Studentenfriedhof, c'est-à-dire le "cimetière des étudiants" à Langemark réunit plus de 44.300 corps de soldats allemands tombés dans la région durant la Première Guerre mondiale.

Selon la légende, les nombreux jeunes soldats allemands dont une partie étaient des étudiants ont héroïquement foncé vers la mort, en chantant "Deutschland über alles". "Cette histoire est totalement inventée et ne repose sur rien, mais le mythe de Langemarck s'est avéré très persistant", déclare Dominiek Dendooven du musée In Flanders Fields à Ypres.

"Pourtant, le mythe s'est avéré très persistant parce qu'il était un exemple de la volonté sacrificielle de la jeunesse allemande prête à mourir pour la patrie", explique encore Dendooven. "Et cela s'inscrivait bien sûr complètement dans la logique des nazis une fois arrivés au pouvoir en 1933. Le but était de préparer les hommes allemands à la Seconde Guerre mondiale."

"Pratiquement toutes les rues et places d'Allemagne qui s'appellent Langemarck ont reçu ce nom pendant le régime nazi", ajoute Dendooven. "Les nazis voulaient que l'idée de cette volonté de sacrificielle imprègne tous les niveaux de la vie quotidienne. L'un des moyens était que les gens s'arrêtent à l'arrêt de tramway "Langemarckstraat". Ou que les gens avaient ce nom imprimé sur leurs cartes de visite.

"Langemarck" apparaît dans des centaines de noms de lieux dans toute l'Allemagne à cette époque. Et c'est toujours le cas aujourd’hui. Le grand hall du stade olympique de Berlin, par exemple, s'appelle encore Langemarckhalle".

(lire la suite de l'article en-dessous de la photo)

Radio2

Mais à présent l'Allemagne veut faire disparaître le souvenir de Langemarck. "Tout comme il y a un débat en Belgique autour des statues de Léopold II, il y a aussi des gens en Allemagne qui veulent se débarrasser de ce nom qui rappelle l'époque nazie", ajoute Dendooven.

La commune de Langemark-Poelkapelle, le musée In Flanders Fields et l'université britannique de Kent ont envoyé une lettre commune au gouvernement allemand pour lui demander de ne pas débaptiser les noms de rue comportant Langemark.

"Nous ne voulons pas occulter ce morceau d'histoire"

"Nous suggérons qu'au lieu d’occulter ce morceau d'histoire, il faut le conserver en lui apportant plus d’explications. En ajoutant une petite phrase au nom de la rue. Par exemple, "une rude bataille durant la Première Guerre Mondiale, mais aujourd’hui un village dédié à la paix". Avec un code QR vers le site internet de la commune de Langemark-Poelkapelle qui resitue le contexte historique."

Selon Dominiek Dendooven, cette proposition a de bonnes chances d’aboutir. "C'est un compromis intéressant pour les personnes qui veulent se débarrasser du symbole et celles qui pensent que le nom doit rester. Vous ne changez pas de nom de la rue, mais vous apportez une explication. Vous expliquez d'où vient ce nom et comment il a également été utilisé de manière abusive dans le passé."

Pour plus d'explications sur le mythe de Langemark, vous pouvez consulter le site internet ( en néerlandais et en anglais) de la commune de Langemark-Poelkapelle en cliquant ici.

 

Les plus consultés