Twitter/Alexander De Croo

De Croo et Lahbib, en visite en Ukraine, annoncent 37 millions d’aide supplémentaire

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et la ministre des Affaires étrangères Hadja Lahbib (MR) sont arrivés ce samedi à 7h45 (6h45 heure belge) à Kiev (photo), pour une visite gardée secrète jusqu'à la dernière minute. La Belgique va accorder une aide supplémentaire de quelque 37,4 millions d'euros à l'Ukraine. "Notre message principal est que la Belgique apporte son soutien entier à l’Ukraine", indiquait De Croo. De son côté, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder annonce que la Belgique va envoyer en Ukraine du "matériel de pointe", tel que des laboratoires mobiles et des drones sous-marins. La Défense va aussi former de nombreux soldats ukrainiens.

C'est la première fois que le Premier ministre belge met les pieds en Ukraine depuis le 24 février et le début de l'invasion du pays par la Russie. De nombreux dirigeants et chefs de gouvernement l'avaient précédé. Cette visite arrive à "un moment important", a confié Alexander De Croo aux journalistes qui l'accompagnent. "Nous sommes à l'aube de l'hiver et la Russie attaque la population civile. C'est l'un des moments les plus difficiles depuis le début des hostilités."

En effet, "le moment est crucial à l'approche de l'hiver", a confirmé Hadja Lahbib. "La Belgique va à nouveau soutenir l'Ukraine". Le Premier ministre et la ministre des Affaires étrangères ont également ajouté que la Belgique avait été l'un des premiers pays à offrir une assistance militaire à l'Ukraine. Alexander De Croo a reconnu qu'une telle visite comportait un certain risque, mais qu'elle avait été bien préparée en amont. Rien du programme des deux ministres n’est divulgué pour des raisons de sécurité. "Le peuple ukrainien est en danger tous les jours", souligne De Croo. "Nous envoyons donc un signal important en venant jusqu'ici".

Hadja Lahbib et Alexander De Croo ont été reçus par Volodimir Zelenski à Kiev

Le Premier ministre et la cheffe de la diplomatie belge ne sont pas arrivés les mains vides. Ils ont annoncé que la Belgique apporterait une aide supplémentaire de 37,4 millions d'euros à l'Ukraine. Outre un nouvel appui militaire, cette aide inclut un envoi B-FAST pour l'hiver comprenant des générateurs, des kits de premiers secours et des sacs de couchage, mais également une assistance humanitaire par l'intermédiaire de l'Unicef pour l'accès à l'eau, l'hygiène et l'assainissement, ainsi qu'un soutien à la réhabilitation et à la reconstruction.

Dans ce cadre-là, la Belgique va collaborer notamment avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en vue de réhabiliter 14 hôpitaux et des infrastructures d'eau et de chauffage. Au total, la Belgique a déjà débloqué 221,7 millions d'euros d'aide à l'Ukraine depuis le début de la guerre - soit 145 millions d'euros d'aide militaire et 76,7 millions d'euros d'aide civile.

Chargement lecteur vidéo ...

"Les tensions entre Lahbib et l’Ukraine apaisées"

Les relations diplomatiques entre la Belgique et l’Ukraine ont toujours été très bonnes, souligne le journaliste Jan Balliauw (VRT NWS) qui est du voyage. A la suite de la nomination de Hadja Lahbib au poste de ministre des Affaires étrangères, il avait été révélé que l’ancienne journaliste de la RTBF s’était rendue l’année précédente en Crimée pour un festival culturel et un reportage, en passant par la Russie et non par l’Ukraine, comme l’impose la législation ukrainienne. Ce qui avait créé certaines tensions diplomatiques.

"Mais la situation semble apaisée", estime Balliauw. "Le fait que Hadja Lahbib accompagne Alexander De Croo à Kiev est le signe que l’affaire ne pose plus grand problème à l’Ukraine. A Kiev, la Belgique est considérée comme un allié digne de confiance, qui n’a peut-être pas encore fait suffisamment pour le pays en guerre. Le but de cette visite est aussi de corriger cette impression à Kiev", concluait Jan Balliauw.

Alaxender De Croo, Hadja Lahbib et Volodimir Zelenski (de g. à dr.)
Twitter/Alexander De Croo

Des laboratoires mobiles et drones sous-marins

Dans une interview accordée au quotidien Le Soir, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (photo) annonce ce samedi que la Belgique va envoyer en Ukraine du "matériel de pointe" tel que des laboratoires mobiles et des drones sous-marins. Les deux laboratoires mobiles qui peuvent être livrés d'ici trois semaines à l'Ukraine peuvent être déployés près d'un lieu où il y a eu un incident chimique, bactériologique, radiologique ou nucléaire, explique la ministre. "Cela peut aussi servir dans des zones sinistrées où des maternités ou des hôpitaux ont été détruits. Ils peuvent apporter de l'aide urgente. (...) Jusqu'à présent, ça n'a été envoyé par personne", précise Ludivine Dedonder.

Par ailleurs, dix drones sous-marins produits par la société ECA Robotics Belgium vont aussi être livrés d'ici fin mai en Ukraine. "Ces drones permettent d'identifier toutes les menaces sous-marines, que ce soient des mines ou des dispositifs d'espionnage", précise la ministre. "C'est une toute nouvelle technologie de pointe qui va fortement les aider".

En outre, une centaine de militaires belges ont été libérés pour dispenser 18 modules de formations, parmi lesquels "de l'entraînement au combat, de l'appui feu pour l'artillerie à courte portée, du déminage, des formations sniper, renseignement, infiltration, des systèmes de communication et formation de combat en zone contaminée, ainsi que le soutien médical de terrain standard et spécialisé ou encore la coordination sol-air dans le cadre du soutien aérien rapproché", détaille Ludivine Dedonder.

Au niveau européen, l'objectif est de former entre 12.000 et 15.000 soldats ukrainiens.

Les plus consultés