DLE

Le procès des attentats de 2016 a débuté ce mercredi avec le tirage au sort des jurés

Le procès des attentats terroristes perpétrés à Bruxelles le 22 mars 2016 - dans la station de métro Maelbeek et à l'aéroport de Zaventem - débute ce mercredi, devant la cour d'assises de Bruxelles, avec le tirage au sort des jurés. Les débats commenceront ensuite lundi 5 décembre à 9h. Initialement, le procès devait débuter en octobre, mais la procédure a été reportée en raison de l'inadéquation du box des accusés. Ces derniers ont entretemps été modifiés. Neuf hommes comparaîtront, dont un doit répondre uniquement de participation aux activités d'un groupe terroriste et les huit autres de cette même prévention ainsi que d'assassinats et de tentatives d'assassinat dans un contexte terroriste. Un dixième accusé est présumé mort.

L'audience de composition du jury d'assises a débuté à 9h45 au bâtiment Justitia. Sur les 1.000 citoyens convoqués pour en faire partie, environ 300 avaient déjà obtenu une dispense au préalable. La présidente de la cour, Laurence Massart (photo), a débuté la journée par la nomination des différents interprètes pour les accusés et les parties civiles. Les audiences auront lieu en français, avec des traductions en néerlandais, anglais et arabe. Elle est ensuite revenue sur le dispositif logistique du procès et les conditions d'enregistrements et de diffusion, rappelant que tous les accusés ont refusé d'être photographiés. Les dessins de presse sont par contre autorisés.

La présidente a constaté l'absence de l'accusé Oussama Atar, présumé mort, et indiqué qu'il serait donc jugé par défaut. Elle a ensuite procédé à l'identification des neuf accusés présents et représentés. Seuls Osama Krayem a refusé de se lever et de répondre aux questions de la présidente. Sept accusés comparaissent dans le box, tandis que les deux frères Farisi comparaissent libres.

Laurence Massart a ensuite procédé à l'identification des parties civiles avant de s'adresser aux candidats-jurés présents dans les salles relais. "Ce n'est pas un choix d'être un juré, c'est une obligation en tant que citoyen", a-t-elle rappelé aux centaines de candidats-jurés non-dispensés à l'entame de l'audience. "La session va être longue, on la voit sur plusieurs mois, mais vous rentrerez chez vous le soir (...) ce sont des journées de travail normales." Elle a ensuite entamé l'appel des demandes de dispenses. La cour pourrait dispenser d'autres candidats jurés encore. C'est la présidente qui octroiera ou non cette faveur, après avoir entendu les arguments de chaque personne qui sollicite d'être exempté de ce devoir citoyen.

Une fois la question des dispenses réglée - qui pourrait prendre un certain temps -, la cour procédera au tirage au sort en lui-même. L'ensemble de la défense et le ministère public, qui disposent des noms, prénoms et professions des candidats jurés, auront droit à 18 récusations chacun. La cour peut aussi récuser des candidats si la parité hommes et femmes n'est pas atteinte. Tout jury doit être composé d'au moins quatre hommes ou femmes sur un total de douze jurés. Dès que le jury sera formé, les jurés prêteront serment et quelques mots d'explication au sujet de leur mission leur seront adressés par la présidente. L'audience sera ensuite levée et toutes les parties ainsi que les jurés se retrouveront le 5 décembre à 9h pour entamer les débats.

Procès hors normes

Dans ce procès annoncé pour six à neuf mois d'audiences, dix hommes sont accusés, dont un, Oussama Atar, fait défaut. Il serait mort en Syrie. Les neuf autres sont Mohamed Abrini, Osama Krayem, Salah Abdeslam, Sofien Ayari, Bilal El Makhoukhi, Hervé Bayingana Muhirwa, Ali El Haddad Asufi, Smail Farisi et Ibrahim Farisi. Les huit premiers sont accusés de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes sur 32 personnes et de tentatives d'assassinat terroriste sur 695 personnes. Le neuvième ne doit répondre que de participation aux activités d'un groupe terroriste.

DLE

Le 22 mars 2016, deux explosions retentissaient à l'aéroport de Bruxelles-National à Zaventem. La première s'est produite à 7h58 dans l'ancien hall des départs du terminal "low cost". La seconde a eu lieu quelques instants plus tard, à 8h09, dans le hall des départs du nouveau bâtiment de l'aéroport. Un peu plus d'une heure plus tard, à 9h11, une troisième explosion s'est produite, cette fois à Bruxelles dans la station de métro Maelbeek (photo).

Accompagnement psychologique pour les jurés

Les membres d'un jury de cour d'assises qui en ressentent le besoin auront droit à un maximum de dix séances gratuites avec un thérapeute approprié, annonçait le service public fédéral Justice mardi soir, à la veille de la composition du jury du procès des attentats de Bruxelles.

Les jurés peuvent en effet être confrontés à des images dures et à des témoignages saisissants. Pour pouvoir l'assimiler, un accompagnement à l'issue du procès n'est pas un luxe superflu, estime le SPF Justice. Sur le plan interne également, des magistrats et des collaborateurs de la Justice peuvent aussi faire appel à ce système.

S'ils éprouvent de profonds problèmes liés au travail - par exemple après un incident de sécurité ou après avoir été confrontés à des éléments durs de dossiers judiciaires -, une demande peut être introduite auprès de la société Pobos.

Les plus consultés