Dès 2025 fumer sera interdit dans les plaines de jeux, parcs d'attractions et endroits destinés aux enfants

Le gouvernement fédéral veut élargir l'interdiction de fumer aux parcs d'attractions, aux parcs animaliers, aux fermes pour enfants (pendant les activités) et aux plaines de jeux à partir du 1er janvier 2025. Cette mesure est incluse dans le plan anti-tabac élaboré en collaboration avec les entités fédérées. Le volet fédéral, porté par le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit), a été validé en conseil des ministres restreint ce vendredi. La Fondation contre le cancer se demande pourquoi attendre jusqu’en 2025 et Plopsaland s’interroge sur le caractère contraignant du plan.

Depuis 2009 il est interdit en Belgique de fumer dans des bâtiments accessibles au public, comme notamment les cafés et restaurants ainsi que toute une série de lieux publics. Le gouvernement fédéral veut aussi interdire l'achat de paquets de cigarettes au bar dans les cafés ainsi que dans les festivals (points de vente temporaires), à partir de 2025. Dès le 1er janvier de cette année-là, il veut en outre interdire de fumer dans tous les espaces de jeux destinés aux enfants et aux jeunes.

Il a également conclu un accord pour mettre fin à la vente de tabac dans les magasins d'alimentation de plus de 400 m2 d'ici 2028. Le fédéral souhaite aussi que ces produits ne soient plus exposés dans les points de vente. "Nous voulons également éviter à l'avenir le 'rideau de fumée' provoqué par les cigarettes à l'entrée des hôpitaux et des écoles. Le moment et les endroits où cette mesure entrera en vigueur doivent encore être décidés", ajoute le ministre dans un communiqué.

"Si nous voulons vraiment créer une génération sans tabac, nous devons veiller à ce que les enfants et les jeunes voient moins d’adultes fumer", explique le ministre de la Santé publique.

Parallèlement aux initiatives prévues par les entités fédérées en matière de prévention et d'aide au sevrage tabagique, Frank Vandenbroucke souhaite également examiner le remboursement des thérapies de substitution nicotinique. La Commission de remboursement des médicaments examinera les dossiers soumis et dès qu'elle aura rendu un avis au ministre, ce dernier pourra prendre une décision de remboursement.

"Génération sans tabac", une action de sensibilisation aux abords d'espaces de jeu et d'écoles
Radio 2

"Il manque un sentiment d’urgence"

Suzanne Gabriëls de la Fondation contre le cancer se demande pourquoi le gouvernement fédéral veut attendre 2025 et même 2028 avant de faire entrer en vigueur ces interdictions de fumer et restrictions de vente de tabac. "Le problème de tabagisme est encore très présent dans notre pays, mais il semble que l’on n’en comprenne pas assez l’urgence", estimait-elle au micro de l’émission "De wereld vandaag" (Radio 1). "Si une maison est en feu, on appelle immédiatement les pompiers. On ne va pas d’abord s’asseoir deux semaines à la plage".

Gabriëls espère que les mesures annoncées ne sont qu’une partie d’un paquet de mesures plus large. "Il manque encore beaucoup de choses, comme un emballage sobre pour les cigarettes électroniques et davantage d’argent pour les campagnes de sensibilisation. Quelque 70% des fumeurs voudraient arrêter mais n’y arrivent pas”. Quant à l’argent nécessaire pour ces mesures supplémentaires, la Fondation suggère de le réclamer à l’industrie du tabac, "car elle est la cause du problème. Elle doit donc assumer les coûts des conséquences sur la santé", estime Suzanne Gabriëls.

L’organisation sectorielle Cimabel comprend que le gouvernement veuille réduire la consommation de tabac, mais s’interroge sur le plan proposé. Elle qualifie les mesures de "irréfléchies et inconsidérées".

Reporters

Quant au parc d’attraction Plopsaland (photo) à La Panne (Flandre occidentale), il se demande comment imposer sur son territoire une interdiction de fumer. "Nous sommes contre le tabac et comprenons la décision du gouvernement, mais nous nous demandons comment l’imposer", déclarait l’administrateur délégué Steve Van den Kerkhof, en soulignant que nombre de visiteurs à Plopsaland viennent de France, où pareille interdiction de fumer n’est pas encore prévue.

Le CEO plaide en faveur d’une interdiction générale européenne de fumer dans les parcs d’attraction et les jardins zoologiques. "Ce serait alors plus facile de l’imposer chez nous. On ne peut quand même pas nous imposer de placer 200 personnes dans le parc pour vérifier que tout le monde y respecte bien l’interdiction de fumer".

James Arthur Photography

Les plus consultés